Les 6 commandements de la préservation de photographies : Partie 2

Les 6 commandements de la préservation de photographies : Partie 2

On poursuit cette série de conseils de préservation des archives photographiques avec nos trois derniers commandements! Vous avez manqué la partie 1? Cliquez ici pour la lire!

 

4. Tes photos, tu identifieras

S’asseoir avec ses photos de famille pour les identifier, c’est malheureusement une tâche qu’on a souvent tendance à remettre à plus tard. On se dit « je m’en rappelle moi des détails, je pourrai en parler les fois qu’on va s’asseoir pour regarder les albums ». Vous avez peut-être une mémoire d’éléphant, mais est-ce qu’on pourra en dire autant de ceux qui hériteront de vos photos ? Trop souvent, il arrive que des éléments de contexte entourant certaines photographies soient perdus au fil du temps. Cela mène malheureusement à des photographies montrant des visages inconnus dont on ne sera peut-être plus jamais en mesure de connaître l’histoire.

 

Provenance : Société du patrimoine des Beaucerons, Fonds PR167 Famille Thomas-Jacques Taschereau et Josephte Massue

Pour éviter cela, il est important de prendre le temps de consigner ce contexte. Ça peut être une activité très plaisante à faire en famille! On peut alors bénéficier des souvenirs et perspectives de chacun, ce qui viendra enrichir encore plus la description des photographies!

Rendez service à vos descendants… et à l’archiviste qui recueillera peut-être un jour vos photographies… soyez le plus précis possible quand vient le temps de décrire vos souvenirs. Idéalement, on souhaiterait pouvoir répondre à quelques questions de base :

 

 

BONUS : Pour la prise de note, on évite le plus possible d’écrire directement sur les photographies. On privilégiera des notes sur l’enveloppe ou sur la pochette contenant l’image. Si on choisit tout de même d’écrire à l’endos des photographies, on recommande d’utiliser un crayon à la mine de plomb et d’éviter les marqueurs ou les stylos. Essayez d’indiquer vos notes dans un coin de l’image et d’appliquer le moins de pression possible sur votre crayon.

NOTE : Cette nécessité de décrire ne se limite pas aux photographies traditionnelles…n’oubliez pas non plus vos photographies numériques! Ce guide préparé par BAnQ est une ressource très accessible et complète pour s’informer sur les bonnes pratiques en matière de gestion des photographies numériques!

5. Dans un environnement adapté, tes photos tu entreposeras

Bien qu’un environnement contrôlé et géré par des professionnels soit l’option la plus sécuritaire et adaptée pour la préservation, il demeure que, s’ils sont en bon état à la base, plusieurs types de documents peuvent être conservés dans des conditions plutôt proches de celles d’une maison. Voici quelques conseils généraux pour cibler à quel endroit entreposer vos photographies :

 

6. À l’affût des signes de détérioration, tu resteras

Papier, parchemin, pellicule, disque, aucun support n’est éternel. Des précautions comme celles présentées ici constituent la meilleure stratégie possible pour maximiser la pérennité de vos documents. Elles ne représentent cependant pas une assurance à toute épreuve et c’est pourquoi il est important de rester à l’affût de tout changement (décoloration, odeur, etc.). Des interventions pour ralentir la détérioration sont possibles, mais elles ont plus de chances de réussir si elles sont réalisées rapidement.

Et le numérique dans tout ça ? Même les photographies stockées sur votre téléphone ou dans la carte SD de votre caméra présentent leurs propres défis de conservation. Elles doivent demeurer lisibles au fil du temps.

Cette lisibilité est grandement dépendante de :

  • La durée de vie du support contenant les fichiers : Par exemple, certains types de CD demeurent seulement lisibles pour quelques années ou décennies.
  • La durée de vie de l’appareil permettant une lecture : Pensez aux lecteurs de disquette ou de CD qui sont de moins en moins communs dans le paysage technologique d’aujourd’hui
  • La durée de vie du format du fichier : Chaque année, de nouveaux formats plus performants sont inventés et viennent en remplacer d’autres qui finissent par tomber en désuétude. Les technologies prenant en charge ces vieux formats sont alors de moins en moins supportées et maintenues. L’ordinateur que vous aurez dans 50 ans sera-t-il en mesure de lire vos photos JPG d’aujourd’hui ?

Le numérique a énormément de bénéfices, notamment celui de pouvoir créer une copie d’un document ancien fragile qui pourra être consultée au lieu de l’original. Il ne représente cependant pas une solution miracle à tout. Il exige une maintenance et requiert de rester au fait des avancées technologiques. On doit être en mesure de bien cibler le moment où une conversion est nécessaire pour éviter que nos fichiers ne soient plus en mesure d’être lus. Le guide de BAnQ sur la conservation des photographies numérique est encore ici une ressource très pertinente pour s’informer davantage sur le sujet.

Conclusion : Dans la mesure de tes capacités, des précautions tu prendras

Finalement, au-delà de tous les conseils et bonnes pratiques, il faut garder en tête qu’il n’existe pas de geste trop petit quand vient le temps de planifier la conservation à long terme de ses photographies personnelles ou familiales. Il ne faut pas laisser les spécificités de la préservation nous décourager complètement de prendre en charge la conservation de nos photographies.

Si tout ce qu’on est en mesure de faire c’est de placer nos photographies sur une tablette du garde-robe dans une boîte de chaussures, elles seront déjà dans un environnement plus sécuritaire que si elles étaient entreposées dans cette même boîte sur le plancher d’un sous-sol près de la laveuse.

Quand plusieurs options sont à notre portée, mais qu’on ne sait pas trop par où commencer, il est préférable de contacter un spécialiste plutôt que d’improviser. N’hésitez pas à nous écrire ou nous appeler pour vous informer! Bien que notre travail quotidien se concentre sur les documents conservés à la SPB, on est aussi disponibles pour aider les amateurs d’histoire à pouvoir profiter longtemps des archives qu’ils conservent à la maison!

Rédaction : Andréanne Couture, directrice-archiviste

Sources: 

» Les supports CD et leur durée de vie « , site web de l’Institut de conservation du Canada

» Conserver vos archives » site web des Archives départementales de l’Indre

» Lutter contre les facteurs de détérioration et de vieillissement » Module 8, Section 4, Portail International Archivistique Francophone

Site web du Centre de conservation du Québec

Guide À l’abri de l’oubli : Petit guide de conservation des photographies numériques écrit par Jacynthe Duval, Christian Drolet et François David, 2020, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 19 pages.